Collecte de mémoire

Récits de vie, mémoire familiale, documentaires sonores

Accueil > La collecte > La mémoire comme matériau

La mémoire comme matériau

De quelle mémoire parle-t-on lorsque l’on utilise l’expression "collecte de mémoire" ?

La mémoire est un matériau vivant.
Autant de traces, de témoignages, d’empreintes, que je me propose de recueillir, de mettre en forme et de donner à voir, à entendre, à lire.

Recueillir cette matière brute qu’est la mémoire est une mission délicate, dans la mesure où la mémoire est fragile et exigeante. Elle requiert respect et valorisation.

Il s’agit donc de se réapproprier cette mémoire, de faire en sorte de construire, ou de renforcer les identités collectives ou individuelles.
Car la mémoire est la condition de l’existence de la communauté, elle scelle le lien vivant entre les êtres humains.

Recueillir les témoignages des anciens, des laisser pour compte, de celles et ceux qui n’ont pas la parole, à travers leur vécu, leurs souvenirs, c’est renouer avec le cœur du vivant.

L’acte de se raconter mènerait-il à la reconnaissance, à la reconquête de l’estime de soi ?

Pour la collecte, j’utilise un enregistreur numérique. Il capte les traces sonores d’une vie, la mémoire d’un quartier ou d’un corps de métier, la mémoire de communautés.

Se mettre à l’écoute de ceux qui se racontent, et valoriser la source orale, c’est d’abord et avant tout aller à la rencontre de l’autre, de la culture orale populaire.

Il s’agit avant tout de réactiver cette mémoire afin que chacun de nous puisse se la réapproprier, naturellement.

Collecter la mémoire, la sauvegarder, c’est donc aussi s’interroger sur la place et le statut de cette mémoire orale dans nos sociétés, c’est tenter de "rétablir la transmission" naturelle de cette mémoire.

Faire que les mondes se rencontrent en se racontant.

Consultez les liens sur la collecte de mémoire pour en savoir plus.